L'histoire Le professeur Les artistes Galeries Historique Catalogue médias Recherche actuelle Éducation
L'histoire L'histoire - inkameep et nk'meep - citation Anthony Walsh & les étudiants &agrace; l'école d'Inkameep, 1941

Inkameep et Nk'Mip

La bande indienne d'Inkameep, ou Nk'Mip en langue Okanagan, s'est formée en 1877 et fait partie de la nation Okanagan. De nos jours, environ 370 membres de la bande vivent dans la réserve indienne d'Osoyoos, près d'Oliver en Colombie-Britannique. On appelle souvent cette réserve la réserve Inkameep et la bande elle-même "Inkameep" de façon erronée, ce qui reflète une faute communément faite par les agents du gouvernement canadien: ils ont l'habitude de "nommer" les gens d'après la région où ils habitent. Inkameep est l'orthographe phonétique du mot contemporain "Nk'Mip" utilisé par la bande. L'école de jour d'Inkameep fut construite par le chef Baptiste George, un homme qu'Anthony Walsh décrivait comme "en avance sur son temps en cela qu'il désirait que ses enfants reçoivent une éducation dans le cadre de leur propre histoire, et qu'ils ne soient pas envoyés ailleurs". L'école elle-même est au cœur d'une riche histoire visuelle des peuples de l'Okanagan. Ainsi, la réserve de Nk'mip était entourée de collines qui recèlent encore de nombreuses peintures rupestres.

Au cours de la période où Anthony Walsh enseigna à l'école d'Inkameep, celle-ci devint un centre de communication entre autochtones et non autochtones, un lieu où l'on pouvait réfléchir aux concepts de citoyenneté et de droits de la personne tranquillement et concrètement. Les activités scolaires et l'impact qu'elles avaient sur le monde extérieur offrirent un témoignage personnel profond de la construction d'un milieu multiculturel, respectueux de ses cultures. En 1941, Walsh participa à la fondation de la "Okanagan Society for the Revival of Indian Arts and Crafts", une section de la BC Society for Indian Arts and Welfare. Des membres firent pression auprès des gouvernements fédéral et provincial pour qu'ils effectuent des changements dans les domaines de l'éducation et de la santé dans les réserves. En 1944, juste avant le départ de Walsh d'Inkameep, la société soumit au premier ministre du Canada un mémoire qui indiquait les grandes lignes de stratégies nécessaires à l'amélioration de la vie des autochtones canadiens, en reconnaissant leurs droits à la citoyenneté et à la propriété. Ceci conduisit à la formation d'un comité gouvernemental pour examiner et reconsidérer la Loi sur les Indiens. Dans un éditorial du Saturday Night, une revue d'actualités, qui parut en 1944, on pouvait lire ceci:

Il semble étrange que les suggestions les plus intelligentes et les plus compréhensives en vue d'une modernisation des politiques canadiennes à l'égard des Indiens du Dominion soient venues d'une modeste communauté de Colombie-Britannique. Mais il en est ainsi.

Page précédente »» L'histoire

Page suivante »» Chef Baptiste George



Documents correspondants

Catalogue images

Image Catalogue 1963-113-030 Image Catalogue 1963-113-5010 Image Catalogue 0077.jpg
Image Catalogue 1967-028-005 Image Catalogue 0097 Image Catalogue 1963-113-023

 

Vidéo correspondante
Vidé 21 Segment de Knowledge Network
icôn video Visionner la vidéo

Nouvelles nationales d'APTN
icôn video Visionner la vidéo

 

Audio correspondante
Le début du programme d'art
icôn audioÉcouter le clip audio
National Arts Report, transcription sonore SRC: l'Afternoon Show
icôn audioÉcouter le clip audio